La création d’un commerce débute bien souvent par le local. Entre trouver l’emplacement qui convient, la taille souhaitée, dans le budget adéquat, et formaliser les démarches, il peut se passer quelques semaines avant de signer le bail commercial. Vient ensuite l’étape de l’aménagement du local, avec des règles spécifiques à respecter, notamment en cas de travaux, et l’agencement idéal afin d’optimiser au mieux l’espace. La décoration permet ensuite de créer un espace où les passants ont envie de pénétrer et où les clients se sentent à l’aise pour effectuer leurs achats.

Trouver le local

Première étape : trouver un local pour sa boutique. Il existe d’ailleurs plusieurs options et le commerçant pour reprendre : 

  • Un pas de porte : droit d’entrée payé au bailleur pour prendre possession du local ;
  • Un droit au bail : il s’agit également d’un droit d’entrée mais cette fois-ci payé à l’ancien occupant pour reprendre le bail existant ;
  • Un fonds de commerce : en plus du local, c’est tout un ensemble d’éléments matériels (agencement, matériel, équipement) et immatériels (clientèle, licence et droit au bail) qui est repris.
  • Un local nu, sans droit au bail ni pas de porte.

Les critères à prendre en compte dans le choix du local sont nombreux : 

  • Zone de chalandise ;
  • Surface et configuration de l’espace ;
  • Emplacement ;
  • Accessibilité ;
  • Dynamisme du quartier ;
  • Budget.

Question pratique, il est possible de trouver un local tout simplement en repérant les espaces vacants, en épluchant les annonces, en passant par une agence immobilière, ou en contactant directement les bailleurs ou la mairie.

Signer le bail commercial

Une fois le local trouvé, il faut ensuite signer le bail commercial, un contrat entre le bailleur et l’occupant du local, définissant les droits et les devoirs de chaque partie. 

Sa durée est généralement de 9 ans mais il est possible de signer un bail dérogatoire, également appelé bail de courte durée, réduit à 3 ans. A noter que certaines clauses sont prévues par la loi, d’autres par le bailleur. C’est le cas du loyer, qui est fixé par ce dernier mais qui doit être sérieux, déterminé ou déterminable et réel. Sa révision est toutefois sujette à des règles précises.

Fastmag Boutique

Le bail commercial

Fastmag Boutique est un logiciel de caisse développé pour vous faciliter son utilisation et vous accompagner tout au long de votre activité. En savoir plus

Aménager le local

Les règles à respecter

Le commerce est un ERP (établissement recevant du public) et il doit donc respecter certaines règles en matière de sécurité et d’accessibilité. Ainsi, en cas de travaux, une demande d’autorisation doit être réalisée auprès de la mairie. De plus, d’autres documents peuvent être demandés comme : 

  • Une déclaration préalable de travaux s’ils modifient l’aspect extérieur du bâtiment ; 
  • Un permis de construire pour les travaux plus importants.

 

La mise en pratique

Rien ne doit être laissé de côté quand il s’agit d’aménager un local, en commençant par la devanture. La façade doit être propre et dégagée. La vitrine doit quant à elle donner envie aux passants de franchir la porte du magasin. Une enseigne peut être installée afin de permettre au commerce d’être visible de loin. 

Il faut ensuite passer à l’agencement intérieur et réfléchir à l’installation des différents espaces, des rayonnages, des portants, de la caisse et des cabines d’essayage pour les magasins de prêt-à-porter. La réalisation d’un plan est parfois nécessaire afin de maximiser la place disponible. Enfin, une fois le magasin ouvert, il pourra être intéressant de réaliser une étude de flux, pour voir comment les clients se comportent à l’intérieur du magasin et analyser la façon dont ils circulent.

Décorer son magasin

décorationLa décoration doit créer une atmosphère unique et originale sans être extravagante. Elle doit mettre en valeur les produits et non les occulter, tout en étant cohérente avec l’univers du commerce. 

Du sol au plafond, tout doit être en harmonie, qu’il s’agisse du choix des couleurs, des luminaires et des objets de décoration. Les meubles peuvent être standards ou, pour les entreprises disposant du budget, être faits sur-mesure afin de s’adapter parfaitement aux différents espaces. L’éclairage doit mettre en valeur les zones froides où les clients seraient moins tentés d’aller. A noter qu’il est de plus en plus tendance de végétaliser le point de vente, contribuant ainsi à son attractivité et à créer une atmosphère plus calme et détendue.

Elargir le périmètre d’installation

On le voit souvent dans la rue, le commerce peut empiéter sur l’espace public, sous réserve qu’il respecte les règles prévues. Dès lors, les restaurateurs, mais aussi d’autres métiers de bouche et les débits de boissons peuvent installer des terrasses, les libraires peuvent accoler des étalages à leur vitrine pour présenter certains livres, et les fleuristes peuvent installer des plantes à l’extérieur de leur boutique. A la clé : un agrandissement de la surface du commerce et un accroissement du chiffre d’affaires.

Les règles d’installation sont fixées par la commune, avec une redevance annuelle à payer, ainsi que parfois une charte à respecter, notamment pour conserver une harmonie visuelle dans les lieux touristiques et respecter les différents usages du domaine public (permettre aux piétons de circuler, et aux secours d’intervenir si besoin).

Gérer la collecte des déchets et des encombrants

Une fois le commerçant installé dans son local, le responsable doit veiller au bon déroulement de son activité. Une tâche est parfois complètement oubliée : la gestion des déchets et des encombrants

A ce propos, une distinction doit être faite entre les déchets ordinaires des commerces, aussi appelés ordures ménagères (papiers, cartons, déchets alimentaires) et les autres, les ordures non ménagères (substances toxiques, déchets anatomiques ou inflammables ainsi que les gravats et les déchets provenant de travaux). 

Les premiers peuvent être traités comme n’importe quels autres déchets, sans que cela n’engendre de litiges en cas de cohabitation du commerce avec un immeuble d’habitation. Les seconds doivent faire l’objet d’une collecte par un prestataire privé.

A noter toutefois que dans une optique RSE (responsabilité sociale et environnementale), mieux vaut privilégier des solutions comme le recyclage à la mise au rebut pur et simple des déchets. Enfin, toujours dans un souci environnemental, le commerçant peut demander à obtenir le label BBC qui garantit une faible consommation d’énergie du logement.

Être rappelé par un expert.

Une question ?
Nos experts peuvent vous aider

Les données demandées dans ce formulaire sont indispensables à Fastmag pour traiter votre demande et vous adresser du contenu pertinent sur ses produits et services. Vous trouverez plus d’informations sur le traitement de vos données et sur vos droits dans notre politique de protection des données