Le guide du commerçant

Comment définir, créer et référencer les codes-barres produit ?

Rares sont les produits qui n’ont pas de code-barres. Afin d’être reconnus dans tous les systèmes, et lors de chaque vente, qu’elles soient faites en ligne ou en point de vente physique, le code-barres sert de référence. Il suffit alors de le scanner afin d’obtenir toutes les informations qui lui sont associées, notamment le prix. Le passage en caisse s’en trouve grandement facilité puisqu’il n’est pas nécessaire pour le vendeur de saisir la référence du produit. Il existe toutefois aussi d’autres systèmes de code-barres, cette fois-ci uniquement destinés à la gestion interne de l’entreprise : les SKU (stock keeping unit). Les différents types de code barres correspondent à différents usages. Le plus répandu est l’EAN 13. Il est indispensable si l’on souhaite travailler avec la grande distribution. Il garantit l’unicité de votre produit avec l’attribution d’un code CNUF (Code National Unifié Fournisseur : qui identifie le fabricant).

Que sont les SKU (unité de gestion des stocks) ?

Les SKU sont des références internes à l’entreprise. A la différence des codes-barres de type EAN, les SKU ne peuvent pas être reconnus par d’autres systèmes. Leur but est de simplifier la gestion des stocks. Ils sont également utiles en contrôle de gestion pour déterminer le prix de revient et imputer des charges. 

Les SKU identifient toutes les caractéristiques du produit. Étant propres à l’entreprise, le système de référencement l’est également. L’entreprise doit ainsi commencer par lister tous les critères qui lui sont nécessaires afin de classifier la marchandise de façon pertinente : modèle, taille, couleur, matière, saison, fournisseur, lieu de stockage, date d’achat, marque…

La création des SKU se fait ensuite manuellement (via un tableur) ou grâce à générateur automatique, utile en cas de gestion de milliers de références. Certains logiciels de caisse permettent d’ailleurs de créer des codes produits internes.

Libre à l’entreprise d’utiliser la codification qu’elle souhaite même si certains conseils doivent être appliqués. Mieux vaut ainsi choisir des codes courts, facilement identifiables, mêlant chiffres et lettres, respectant tous le même format et ne pas utiliser le SKU du fabricant.

Fastmag Boutique

Créer un code-barre produit

Grâce à Fastmag Boutique, découvrez tous les types de code-barres et leurs utilités pour votre entreprise. En savoir plus

Quels sont les autres codes-barres ?

Scanner de caisseIl existe plusieurs types de code-barres. Pour un usage externe, c’est le système UPC (Universal Product Code ou code produit unique) qui est plus largement utilisé. Il s’agit d’un code-barres à 12 chiffres permettant de vendre des produits aussi bien dans les magasins de détail, que sur les marketplaces. Alors que les SKU sont destinés à un usage interne, les UPC permettent de suivre les produits sur toute la chaîne logistique.

Ils sont administrés par GS1, par le biais d’un abonnement.

Le code EAN (european article number) ou IAN (international article number) est une version spéciale à 13 chiffres de UPC. La signification de ces 13 chiffres varie en fonction du type de produit :

  • Les deux ou trois premiers permettent d’identifier la catégorie de produits ou le pays d’origine ;
  • Les quatre ou cinq suivants sont le numéro de membre de l’entreprise ;
  • Les quatre ou cinq suivants sont le numéro du produit ;
  • La dernière est la clé de contrôle.

Ces codes-barres sont utilisés sur les produits de grande consommation dans le monde entier. D’autres types existent comme l’ISBN (international standard book number) uniquement pour livres ou encore les EAN à 8 caractères pour les objets de petite taille.

A noter qu’il convient également d’opérer une distinction entre les codes-barres avec une unique dimension et les codes-barres en deux dimensions :

  • Les codes UPC, et donc EAN et IAN, sont des codes-barres à une dimension. Ils sont composés d’une série de lignes verticales parallèles, de différentes épaisseurs, entrecoupées d’espaces. Afin de les lire, il faut disposer d’un lecteur de code-barres, comme un logiciel de caisse avec un scanner ;
  • Les codes-barres à deux dimensions sont des séries de données illustrées par des symboles et des formes. Ils peuvent comporter 10 fois plus de données que les codes-barres unidimensionnels. Ils sont plus petits et plus faciles à numériser, comme les QR codes. Ils peuvent ainsi être reconnus à l’aide d’un téléphone portable.

Comment créer les codes-barres ?

On l’a vu, les codes-barres internes peuvent être réalisés manuellement, avec un générateur de SKU ou encore avec un logiciel de caisse.

Pour créer un code-barres externe, reconnaissable de tous, il faut enregistrer l’entreprise auprès de GS1. Un code préfixe, permettant d’identifier l’entreprise, est ensuite reçu.

Il faut ensuite choisir un type de code-barres en fonction des besoins (EAN à 13 chiffres, EAN à 8 chiffres, IAN, ISBN…).

Vous pouvez enfin créer vos codes-barres, en utilisant un générateur en ligne, dont la plupart sont gratuits.

Les codes-barres de produits en résumé

    • Il existe des code-barres internes, destinés à un suivi uniquement au sein de l’entreprise, et des code-barres externes, destinés à un suivi sur toute la chaîne logistique ;
    • Au niveau externe, il existe plusieurs types de code-barres : unidimensionnels, bidimensionnels, à 13 chiffres, à 8 chiffres et avec différentes appellations : EAN, IAN, ISBN… ;
    • Pour créer des codes-barres externes, il faut s’enregistrer auprès de GS1 puis utiliser un générateur de code-barres.