Le guide du commerçant

Les multi-magasins et les problématiques internationales

Être commerçant, c’est parfois loin d’être une tâche facile, mais être responsable d’une boutique en ligne en complément du magasin physique, ou de plusieurs points de vente, de surcroît si certains se trouvent dans différents pays, relève parfois d’une mission périlleuse. Pour se simplifier la tâche, et pour gérer plus facilement les différentes contraintes, il faut souvent s’appuyer sur différents outils, permettant par exemple d’unifier le stock et de gérer les problématiques de langues et de devises.

La nécessité de mettre en place un stock unifié

Il est primordial, pour pouvoir gérer des stocks présents sur différents sites, de disposer d’un stock unifié. Cela signifie qu’un seul et même logiciel permet de connaître le stock réel à un instant T de manière globale mais aussi par lieu de stockage. 

A la clé : des transferts de marchandises, permettant de faire livrer des produits d’un magasin qui dispose d’un stock conséquent, et qui a peu de demandes, à un autre qui est sur le point d’être en rupture en stock. Le principe est simple : chaque lieu de stockage est interrogé successivement, en prenant en compte plusieurs paramètres comme la distance entre chaque, les flux logistiques déjà prévus, les quantités en stock et les prévisions de vente. Le gestionnaire peut également prévoir de mettre en place des indicateurs et des seuils d’alerte. Dès que les quantités en stock passent en dessous d’un certain seuil, une alerte est envoyée. 

Le but est multiple : éviter qu’un point de vente ne se retrouve en rupture alors qu’un autre a des stocks dormants de ce même produit. L’entreprise gagne en agilité et en flexibilité. Elle réduit ses coûts, évite les flux logistiques inutiles et optimise son chiffre d’affaires.

La possibilité de dispatcher ses stocks

En ayant un outil central permettant de piloter le stock, l’entreprise a la possibilité de passer une commande globale, en étudiant le stock disponible total et sur chaque lieu de stockage, et en analysant les ventes afin d’estimer les besoins futurs. 

A la clé : des économies d’échelle, en commandant en plus grande quantité, mais également des frais de livraison plus faibles puisque tout est reçu en un même endroit. Une fois la commande centrale réalisée, le dispatch peut se faire manuellement ou en automatique en fonction des règles établies. Des pourcentages d’affectation sont alors appliqués à chaque lieu de stockage en fonction des prévisions de ventes.

L’utilité des stocks déportés

Les stocks déportés sont des quantités qui ne se trouvent pas physiquement chez leurs propriétaires. Il s’agit par exemple de livrer des produits à un distributeur ou à un client, qui dispose alors du stock, bien qu’il soit encore juridiquement parlant la propriété du fournisseur. Le revendeur gagne en rapidité et en flexibilité, en évitant des délais de livraison trop longs et des situations de rupture de stock. 

Afin qu’une telle relation soit mise en place, il est nécessaire d’instaurer une relation gagnant-gagnant

  • Les frais financiers sont répartis : les charges liées au stock incombent au client alors que son financement (trésorerie) est à la charge du propriétaire du stock ;
  • Des retours de produits qui ne se vendent pas doivent pouvoir avoir lieu vers le fournisseur ;
  • Des rendus de compte réguliers sur les ventes et l’état du stock doivent être envoyés.

La gestion omnicanale

Un commerçant qui a plusieurs magasins physiques, mais également un eshop, doit mettre en place une gestion omnicanale. Cela signifie que chaque point de contact avec le client doit interagir en synergie avec un autre : les cloisons sont inexistantes. Une des clés de ce système réside dans le stock unifié que l’on vient de voir. Le gestionnaire peut en conséquence opter pour des stratégies de click and collect, de store-to-web ou de web-to-store. 

Il peut par exemple décider d’une livraison en ship-from-store. Les clients qui commandent sur le site web sont alors livrés depuis les points de vente et non à partir de l’entrepôt central. 

Les vendeurs, mais également les clients, peuvent savoir si un produit est un stock, et dans quel magasin il se trouve. Ainsi, ces derniers ont la possibilité de passer commande sur le site web, réserver le produit à l’avance, puis aller le chercher directement en magasin. 

Autre axe : la base de données client doit être la même peu importe le point de vente. Le client doit être reconnu qu’il commande sur Internet, ou dans un magasin physique, peu importe où celui-ci est situé.

S'incrire au registre national du commerce

Les problématiques multidevises

Des problématiques multi-devises naissent dès lors que le commerçant dispose de points de vente dans plusieurs pays du monde, n’utilisant pas la même monnaie, mais aussi s’il est amené à réaliser des ventes à des clients étrangers depuis sa boutique en ligne. 

Ainsi, les clients internationaux du site web doivent avoir la possibilité de régler dans leur devise, évitant ainsi les frais cachés et les commissions exorbitantes. Offrir un paiement dans la monnaie du client permet souvent de réduire les abandons de panier et de concrétiser plus facilement les ventes. 

Concernant les points de vente physique, il est essentiel, et ce peu importe la devise du pays, d’utiliser un seul et même logiciel de caisse, qui puisse prendre en compte les problématiques multidevises, et donc les paramétrer facilement.

Les problématiques internationales

Forcément, la réglementation commerciale, fiscale, sociale… n’est pas homogène sur tout le globe, et il est nécessaire de bien se renseigner avant de se lancer à l’international. De plus, en cas d’imports ou d’exports, c’est-à-dire d’acquisitions ou de livraisons de produits en provenance ou à destination de pays en dehors de l’Union européenne, des formalités douanières doivent être respectées. 

En cas d’échanges intracommunautaires, c’est-à-dire au sein de l’UE, il faut aussi réaliser des déclarations d’échanges de biens à partir de : 

  • 460 000 euros d’acquisitions intracommunautaires ;
  • 1 euro de livraisons intra-communautaires.

Enfin, dernier enjeu, les clients étrangers qui effectuent des achats en France sont éligibles à la détaxe : ils peuvent déduire la TVA du prix de vente de leurs achats.

Nos derniers guides

Vendre-plus

Vendre plus

Votre-boutique-en-ligne

Votre boutique en ligne

Nos guides les plus lus

Administrer son magasin

Gérer-sa-boutique-au-quotidien

Gérer sa boutique au quotidien

Une démo ? Un devis ? Des conseils et avis d’experts du commerce ?

En remplissant ce formulaire, vous acceptez les termes et conditions de Orisha | Fastmag, ainsi que la politique de confidentialité de Orisha | Fastmag.

Vous acceptez également de recevoir des communications marketing sur les produits, services et événements de Orisha | Fastmag.