Le guide du commerçant

Quelles sont les démarches à accomplir après avoir créé son entreprise et son ouverture ?

Ça y est, vous avez réalisé toutes les démarches pour créer votre entreprise, enregistré les statuts, ouvert un compte bancaire et déposé le dossier auprès du CFE. Vous avez reçu votre k-bis, attestant de l’existence légale de la société. Il ne vous reste plus qu’à ouvrir votre commerce et lancer votre activité. Un petit point s’impose sur les démarches qui restent à accomplir.

Vérifier le k-bis et les documents fiscaux

Afin de s’assurer qu’aucune erreur n’a été faite au moment de la création de la société, il est nécessaire de vérifier les différents documents. Ainsi, le code APE indiqué peut être erroné si l’activité principale a mal été renseignée.

Les informations fiscales peuvent également comporter des erreurs, notamment : 

  • La date de clôture ;
  • Le type d’imposition (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés) ;
  • Le régime d’imposition (régime micro, régime réel simplifié ou régime réel normal) ;
  • Le régime de TVA (franchise de TVA, régime réel simplifié ou régime réel normal).

A noter également que pour les entreprises à l’impôt sur le revenu (d’office ou par choix), l’adhésion à un centre de gestion agréé (CGA) est nécessaire. Elle permet de ne pas avoir un impôt majoré de 25%.

Transmettre le k-bis à la banque pour débloquer le capital

Lors de la création de la société vous avez déposé le capital social à la banque (apports en numéraire). Toutefois, les fonds ont dû rester sur le compte bancaire jusqu’à la création officielle de la société. C’est la transmission du k-bis au banquier qui permet de débloquer les apports

Les associés peuvent alors s’en servir pour financer les investissements, le BFR initial (créances et stock) et éventuellement se rembourser si des fonds ont dû être avancés pour le compte de la société en formation.

Fastmag Negoce

Démarches après l’ouverture de son commerce

Avec Fastmag Négoce, profitez d’un logiciel fort de plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du BtoB. En savoir plus

Être vigilant aux arnaques à la création d’entreprise

Le créateur recevra sans doute des documents lui indiquant qu’il doit payer pour s’inscrire à des registres soi-disant obligatoires. Ces registres jouent souvent sur leur nom qui prête à confusion. Ils peuvent ressembler à des noms d’administration comme le RSI (régime social des indépendants) modifié en RSI (registre des sociétés et des indépendants). 

De même, l’entreprise nouvellement créée peut recevoir des courriers indiquant qu’elle doit s’acquitter d’un paiement pour recevoir un numéro de TVA. Il n’en est rien : l’attribution du numéro de TVA intracommunautaire est gratuite. 

Trouver les bons fournisseurs, sous-traitants et partenaires

CollaborateurSi ce n’est déjà fait, il faut rechercher activement les fournisseurs, les sous-traitants et les autres partenaires.

Le choix des fournisseurs doit être réalisé à partir d’un cahier des charges bien précis des besoins et des attentes. Il existe ensuite différentes techniques pour trouver les fournisseurs potentiels et les sélectionner : participer à des salons professionnels, rédiger un appel d’offres…

Il faut également trouver des sous-traitants en réalisant des démarches similaires. Vous pouvez sous-traiter tout ce qui ne touche pas au cœur de métier de l’entreprise comme le ménage, le secrétariat, le transport…

Enfin, il faut trouver des partenaires pour être accompagné dans vos projets. Le banquier a normalement déjà été choisi, ainsi que l’expert-comptable. Il s’occupe de réaliser la comptabilité de l’entreprise mais peut aussi traiter des missions annexes comme les déclarations fiscales et sociales. 

Enfin, il est aussi conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle et donc de trouver l’assureur adéquat.

En résumé

 Après avoir réalisé les démarches de création d’entreprise, et avant son ouverture, il faut :

    • Vérifier les documents administratifs ;
    • Transmettre le k-bis au banquier ;
    • Trouver les fournisseurs, sous-traitants et partenaires (banque, assureur, expert-comptable) ;
    • Être vigilant aux arnaques liées à la création d’entreprise.