Le guide du commerçant

Comment se faire subventionner l’ouverture de son commerce ?

Ouvrir un commerce sans apport peut paraître compliqué. Entre les frais à payer pour s’installer dans un local (droit au bail, pas de porte…), son aménagement, l’installation du matériel et l’acquisition du stock de départ, les besoins de financement sont conséquents. Toutefois, il existe des possibilités de se faire subventionner afin d’ouvrir son commerce en ayant pas ou peu d’argent.

Se faire subventionner grâce à la Love Money

Derrière ce terme de Love Money se trouve tout simplement le fait de demander de l’aide financière à sa famille et ses amis. Les proches investissent dans l’entreprise et sont donc associés. Ils font l’acquisition de parts sociales, qui donnent droit à un pouvoir de décision lors des votes pendant les assemblées générales et une part des bénéfices en cas de distribution de dividendes.

Obtenir de l’aide financière de cette façon est un signe positif pour les autres investisseurs. Cela signifie que des personnes croient au projet et sont prêtes à prendre des risques. En effet, en cas de faillite, ils ne pourront pas récupérer leur mise de départ.

Attention toutefois à limiter les prises de participation au capital au risque de les voir s’immiscer dans la gestion.

Fastmag Boutique

Les subventions pour aider les commerçants dans leurs activités

Fastmag Boutique est un logiciel de caisse adapté à tous les statuts d’entreprise pour la gestion de boutique. En savoir plus

Ouvrir un commerce grâce au crowdfunding

CollaborateurAprès avoir fait appel à la générosité des proches, le crowdfunding ou en français financement participatif vise cette fois à faire appel à la générosité d’inconnus. Le concept est simple : le dossier est présenté sur une plateforme afin d’y convaincre des donateurs de participer au financement, avec ou sans contrepartie.

Il existe d’ailleurs plusieurs types de financement participatif :

  • Crowdlending : les sommes sont alors prêtées par les contributeurs. Ils attendent en retour un remboursement, avec ou sans intérêt ;
  • Crowdequity : les donateurs prennent des parts au capital. Ils sont donc associés et auront droit à prendre part aux décisions lors d’assemblées générales ainsi qu’au versement de dividendes si celui-ci est acté ;
  • Crowdfunding : il s’agit alors de dons. Les contributeurs peuvent ne rien avoir en retour ou une contrepartie. Elle peut être symbolique ou être un produit/service de l’entreprise, ce qui sera alors assimilé à une prévente.

Le crowdfunding fonctionne par cercle :

  • Le premier cercle à donner est constitué des proches ;
  • Le deuxième est constitué des proches des proches ;
  • Le troisième est constitué de parfaits inconnus.

En plus d’une aide financière, le crowdfunding est un outil marketing qui a fait ses preuves. Il permet de faire connaître un projet, de le vendre et de recueillir différents avis avant le lancement du projet.

Les aides et subventions à l’ouverture d’un commerce

Il existe différents types d’aides et de subventions pour ouvrir un commerce. Certaines s’adressent à des catégories de personnes bien particulières, d’autres sont ouvertes à tous mais l’attribution se fait sur présentation d’un dossier.

Le prêt d’honneur

La particularité du prêt d’honneur est qu’il est accordé au créateur et non à l’entreprise. Il fait donc partie des capitaux propres de l’entreprise et non de ses dettes. Les montants accordés varient souvent entre 2 000 et 7 000€, remboursables en 5 ans, souvent à taux 0. Pour en bénéficier, il faut remettre un dossier puis le présenter devant un jury. France Active, Initiative France ou le Réseau Entreprendre, pour ne citer qu’eux, sont des organismes qui accordent des prêts d’honneur.

Les concours à la création d’entreprise

Là encore, l’attribution se fait sur sélection. Le créateur doit rédiger un dossier complet qu’il remet à l’organisme. Si son projet est retenu, il faut ensuite le présenter devant un jury. L’aide peut consister en un prêt à taux zéro, en une subvention (non remboursable) ou en un accompagnement pendant toute la mise en place du projet.

L’ACRE et le dispositif NACRE

Ce sont des aides qui s’adressent uniquement à certaines catégories de personnes. Il s’agit principalement des demandeurs d’emploi, des bénéficiaires de minimas sociaux et de jeunes âgés de moins de 25 ans.

L’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise) est une quasi-exonération de charges sociales lors de la première année d’activité.

Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise) consiste en un accompagnement à la création d’entreprise. Il prend parfois la forme d’une aide financière : le prêt NACRE, qui doit obligatoirement être couplé à un prêt bancaire.

L’ARCE et l’ARE

 Les demandeurs d’emploi indemnisés peuvent continuer à percevoir leurs allocations pendant la création de leur entreprise. Deux dispositifs sont possibles :

  • Le maintien de l’ARE (Allocation chômage d’aide au Retour à l’Emploi) : les allocations sont alors recalculées pour tenir compte du nouveau revenu perçu ;
  • L’ARCE (Aide à la reprise et à la création d’entreprise) : 45% des indemnités qui restent à percevoir au moment de la création sont alors reçues sous forme de capital.

En résumé :

 

    • La Love Money et le crowdfunding permettent de se faire subventionner l’ouverture du commerce grâce à la générosité des proches et d’inconnus ;
    • Les prêts d’honneur et les concours à la création d’entreprise permettent de recevoir de l’aide si le dossier est jugé recevable ;
    •  L’ACRE, le dispositif NACRE, l’ARCE et l’ARE s’adressent uniquement à certaines catégories.