Le guide du commerçant

Quels sont les différents modes de paiement ?

Un commerçant est libre d’accepter ou non certains types de règlements. Cependant qu’il s’agisse d’espèces, de chèques ou de cartes bancaires, pour ne citer qu’eux, chaque mode de paiement propose des avantages et des inconvénients dans le cadre de vos activités. Explications.

Les espèces, des limites à connaître

Parmi tous les moyens de paiement disponibles, les espèces sont le seul qu’il est interdit de refuser sauf si :

  • les billets sont très abîmés et peuvent être refusés par la Banque de France ;
  • le commerçant ne dispose pas du rendu monnaie nécessaire et le client n’a pas l’appoint ;
  • les espèces sont des devises étrangères ;
  • la monnaie est contrefaite.

D’utilisation simple et gratuite, les espèces libèrent des obligations de paiement immédiates. 

Cependant, leur usage est limité à 1 000 €, sauf si la résidence fiscale du débiteur se situe à l’étranger. Dans ce cas le paiement en espèces peut aller jusqu’à 15 000 €.

Autre inconvénient : les faux billets, généralement ceux d’un montant de 20 et 50 €. Il est donc important de se doter d’un détecteur de fausse monnaie, comme un stylo. 

Fastmag Negoce

Utilisez Fastmag pour gérer vos paiements, avoirs et impayés

Profitez des 30 ans d’experience de Fastmag dans le domaine du BtoB pour gérer vos paiements, encaissements, avoirs et impayés. En savoir plus

Les chèques, un paiement très prisé

Les chèques restent aujourd’hui le paiement préféré des Français, car ils ne sont pas payants et permettent de conserver une trace du paiement. 

Valables six mois, ils peuvent toutefois être refusés par un commerçant non adhérent à un centre de gestion agréé, car ils comportent quelques inconvénients. Dans ce cas, il suffit de le signaler au moyen d’une affichette disposée avant le passage en caisse.

L’inconvénient principal du chèque est qu’il peut être rejeté soit parce qu’il est sans provisions, soit parce qu’il est volé. C’est pourquoi, les commerçants ont l’obligation de vérifier l’identité des clients. Sans pièce d’identité, ils peuvent refuser la vente. Dans le cas contraire, leur responsabilité peut être engagée. 

Les cartes bancaires, un tout-en-un très pratique

Il est nécessaire d’être affilié aux différents réseaux figurant sur les cartes bancaires de vos clients pour pouvoir accepter ce mode de paiement. Mais, qu’elle soit nationale, internationale, avec ou sans contact, il est possible au commerçant d’exiger un montant minimum d’achat afin d’absorber les frais bancaires liés à son usage. 

Pratique, elle permet d’acheter en boutique physique ou en ligne. Toutefois, elle réserve aussi quelques surprises. En effet, les banques peuvent ne pas honorer les paiements acceptés sans procédure de contrôle. Ainsi, en carte d’achat avec une carte volée, le commerçant peut ne pas être réglé. C’est pourquoi, il est en droit de refuser le paiement avec une carte non signée au dos.

Les autres modes de paiement

Si les espèces, les chèques et cartes bancaires sont les modes de paiement les plus utilisés dans une boutique physique, comme une maroquinerie ou un corner alimentaire, d’autres peuvent être adoptés pour les boutiques en ligne.

1. Virements et prélèvements bancaires

Pour tous les paiements en ligne, le virement et le prélèvement sont des modes de paiement à distance très pratiques, notamment pour les gros montants. Très sécurisés grâce aux normes SEPA, faciles à mettre en place et gratuits, ils sont très rassurants pour les commerçants car ils évitent les oublis de paiement. Ils ne peuvent cependant pas être imposés aux clients.

2. Paiements en ligne

Avec l’émergence de plateformes de paiement en ligne de type PayPal, un nouveau mode de règlement permet aux commerçants d’enrichir leur offre en matière de règlement. 

Le principal intérêt des comptes virtuels est qu’il permet de ne pas transmettre ses coordonnées bancaires. De plus, ils permettent de régler les litiges qui pourraient naître entre le vendeur et l’acheteur. Cependant, il faut savoir que les plateformes peuvent vendre les données personnelles.

3. Monnaies virtuelles

Les cryptomonnaies, dont la plus connue est le bitcoin, commencent à se faire une place de choix dans l’univers des paiements puisque certains sites marchands les acceptent. Cependant, force est de reconnaître qu’elles restent encore marginales, notamment parce qu’elles sont encore très méconnues et qu’il est difficile d’anticiper leur avenir. 

En résumé

Les modes de paiement sont très variés et répondent à tous les usages en ligne ou en boutique physique. Tous ont leurs avantages et leurs inconvénients. Mais la volonté politique et la protection de l’environnement exigent de baisser la part des règlements en mode papier, il est fort probable que chéquiers et espèces viennent peu à peu à disparaître.

at ante. felis Lorem efficitur. amet,